Archives de catégorie : bibliothèque

Ce que révèlent nos odeurs.

Ce que révèlent nos odeurs. Les codes du langage olfactif, Vittorio Bizzozero, Éditions Médecine et Hygiène, septembre 2015, 111 pages, 15 euros.

Note critique par Delphine de Swardt

Parue initialement dans :

 Nez, la revue olfactive, numéro 2 – Le propre et le sale – octobre 2016

« À travers des cas cliniques de patients dégageant de fortes odeurs ou ayant un rapport anormal aux odeurs, le psychologue Vittorio Bizzozero avance l’hypothèse que nos émissions nauséabondes forment un rempart qui nous protège et un langage non verbal qui échappe à notre conscience. À partir de la structure primordiale qu’est l’odorat dans le développement, le chercheur montre que ce langage universel et inconscient occupe, dans notre bien-être, une place bien supérieure à ce que toutes les entreprises de refoulement ont bien voulu nous laisser croire. C’est une véritable communication entre émission et réception qui est à l’œuvre, certes manifeste dans des cas pathologiques, mais tout aussi importante dans la vie quotidienne normale. »

Robert Muchembled, « La Civilisation des odeurs (XVIe-début XIXe siècle) »

         Pourquoi l’odorat, ce sens primordial d’adaptation au danger comme de repérage du meilleur partenaire sexuel, demeure-t-il si méconnu ? Son histoire paradoxale, pour peu qu’on s’y attache, est des plus captivantes.
Dans cette synthèse sans équivalent, Robert Muchembled mène l’enquête et présente les extraordinaires mutations de l’odorat en Occident, de la Renaissance au début du XIXe siècle.
Les sources utilisées sont multiples et riches : manuels de physiognonomie ; oeuvres de médecins, philosophes, poètes, conteurs, théologiens, polémistes, moralistes ; traités de civilité, traités de « Secrets pour dames » ; édits royaux ; règlements du métier de gantier parfumeur, inventaires après-décès (apothicaires, gantiers parfumeurs) ; iconographie du sens olfactif…
Muchembled s’empare de cet extraordinaire ensemble et dresse l’histoire du puissant refoulement qui, depuis un demi-millénaire, nous a fait considérer l’odorat comme le plus méprisable des sens avant que de le hisser récemment au rang du plus affûté.
Des miasmes exhalés par les concentrations humaines aux émanations intimes nauséabondes, des senteurs « excrémentielles » (musc, civette et ambre) prétendument protectrices de la peste aux condamnations des moralistes, de la révolution olfactive du XVIIIe siècle, qui transforme la goutte de parfum floral ou fruité en vecteur d’hédonisme jusqu’aux dernières découvertes scientifiques, c’est à un extraordinaire voyage olfactif dans la civilisation des mœurs que Muchembled convie son lecteur.

Paris, Les Belles Lettres, 2017

EAN13 : 9782251447094

Brigitte Munier, « Odeurs et parfums en Occident. Qui fait l’ange fait la bête »

Sens mineur, l’odorat ? Futile, le parfum ? Importunes, les odeurs ? Ainsi le jugea la culture occidentale qui célébra le regard et l’audition pour mieux discréditer le nez. Sans la senteur, pourtant, l’émotion déserterait les souvenirs, l’intimité quitterait le lien de l’homme à Dieu et la sensualité s’absenterait de l’échange amoureux. Durant notre civilisation, puanteurs et parfums n’ont cessé d’instruire les pratiques religieuses ou médicales et d’œuvrer à la partition sociale avant d’élaborer le sentiment de l’identité personnelle. L’olfaction ouvre un monde fait de paradoxes, de contradictions et de métaphores dont cet essai suit l’histoire, réelle et symbolique, jusque dans ses derniers retournements contemporains en parfumerie et en biologie.

Paris, Éditions du Félin, 2017

isbn: 9782866458553

« Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval »

Jean-Charles Ducène, « Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, URL : http://beo.revues.org/4693 ; DOI : 10.4000/beo.4693

Résumé : Par la rareté des sources, il est difficile d’identifier les usages des fumigations dans le premier siècle de l’Islam, mais à partir de la période abbasside, les substances et les usages deviennent plus clairs. Ainsi, à côté de l’encens apparaissent de nouveaux produits originaires d’Asie, comme le musc, le bois de santal, l’agalloche et le camphre. L’élite sociale brûle ces essences pour parfumer ses vêtements ou durant des réunions festives fort marquées socialement. Quant à la médecine, elle cantonne les fumigations à des fins prophylactiques (purification de l’air) ou thérapeutiques. Dans le domaine des pratiques religieuses, ce sont le soufisme et les pèlerinages secondaires qui en développent réellement l’usage.

A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners

Un article très intéressant sur les brûle-parfums et l’utilisation des encens (empire byzantin tardif et empire ottoman) :

Tera Lee Hedrick and Nina Ergin, « A Shared Culture of Heavenly Fragrance. A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners and Censing Practices in Religious Contexts », Dumbarton Oaks Papers, vol. 69, 2015, p. 331-354.

Copper5

l’article se termine par la conclusion suivante  (p. 354) :

In summary, there were more continuities than
discontinuities; when rituals involving incense had similar
valences—and in many instances they did—then
both practices and objects remained virtually the same
across late Byzantine and Ottoman cultures. As the title
of this essay indicates, this was truly a shared culture of
fragrance. Indeed, fragrance itself is a useful metaphor
for cultural exchange: it can permeate spaces across
physical boundaries and take on the shape of these
spaces; it can appear to be everywhere and nowhere,
concrete and fleeting at the same time; and those who
experience the same fragrance may still attach different
memories, emotions, and meanings to it.

 

 

Sharma : un entrepôt de commerce médiéval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180)

9781784911942

Sharma : un entrepôt de commerce médiéval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180), sous la direction d’Axelle Rougeulle, Oxford, Archaeopress (British Foundation for the Study of Arabia Monographs ; 17), 2015, ISBN 978-1-78491-194-2

III/9. Les résines végétales de type copal et encens : caractérisation, exploitation et circuits commerciaux (M. Regert, M. Salque, Th. Devièse, A.-S. Le Hô), p. 395-416

Compte rendu : http://eem.hypotheses.org/287