Histoire des odeurs et des parfums (4/4) Parfums et Religions

Quatrième émission de la série de la Fabrique de l’Histoire sur les odeurs et les parfums…, avec :

  • maître de conférences en histoire byzantine à l’université de Paris-Sorbonne
  • Archéologue à l’Université Paris 1 La Sorbonne
  • Maître de conférences à l’Université de Bretagne Sud

Le Dalaï- Lama pendant un cours en Suède

L’odeur est ce qu’il y a de plus fugace pour l’historien ou l’archéologue. Pourtant il est possible, en croisant une documentation variée et abondante, d’approcher les univers sensibles de l’Antiquité ou du Moyen Âge. En particulier dans le rapport que ces cultures entretenaient au sacré. Les fleurs coupées, le sang du sacrifice animal, la viande grillée sont mentionnés dans les temples de la Grèce antique, tout comme l’huile sainte du baptême chrétien ou les encens du Proche-Orient.

Dans ce débat, nous retraçons l’histoire particulière des liens entre sacré et parfum.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-des-odeurs-et-des-parfums-44-parfums-et-religions

Histoire des odeurs et des parfums (3/4) Histoire des parfumeurs

Troisième partie de la série de la Fabrique de l’Histoire sur l’histoire des odeurs et des parfums, l’histoire des parfumeurs

Page de titre avec un blason et une femme tenant une rose, assise sur un trone - Illustration de Jules Cheret (1836-1932) extraite de Le Livre des Parfums de Eugene Rimmel (1820-1887),

Comment s’est créé ce métier spécifique au cours du XIX e siècle ? Quels ont été les acteurs du passage au stade industriel de la parfumerie ? Quel rôle ont joué les Expositions Universelles dans la promotion de la parfumerie ? Comment les nations européennes se sont-elles combattues pour gagner la bataille des parfums ?

Avec Rosine Lheureux et Eugénie Briot

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-des-odeurs-et-des-parfums-34-histoire-des-parfumeurs

Histoire des odeurs et des parfums (1/4) Les odeurs dans le monde antique et en Occident

La première émission d’une série de quatre sur l’histoire des odeurs et des parfums, dans la Fabrique de l’Histoire sur France Culture

Antiquite egyptienne : jeune femme respirant une fleur de nenuphar. Bas relief de calcaire. Ancien empire, 5eme dynastie. 2300 avant JC. Paris, musee du Louvre

« En première partie nous parlons des odeurs dans le monde antique, la revue Pallas consacre un dossier dans son dernier numéro aux goûts et odeurs dans l’Antiquité. Nous serons en compagnie de celui qui a coordonné ce dossier, Jean-Christophe Courtil.

En deuxième partie nous parlerons de l’odorat et de sa signification en Occident, avec la chercheuse Brigitte Munier qui a écrit un livre ce sujet. »

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-des-odeurs-et-des-parfums-14-les-odeurs-dans-le-monde-antique-et-en-occident

Histoire des odeurs et des parfums (2/4) Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs

Émission sur France Culture, mardi 17 avril 2018

Eric Lefevbre (directeur du musée Cernuschi) et Frédéric Obringer (responsable du laboratoire de recherche Chine, Corée, Japon au CNRS) nous accompagnent dans ce voyage olfactif étayé par des expériences odorifiques inspirées par des recettes de parfums et d’encens de l’époque de la Chine ancienne.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-des-odeurs-et-des-parfums-24-parfums-de-chine-la-culture-de-lencens-au-temps-des-empereurs

Eventail circulaire, sculpté d’iris et d’orchidées en bois d’aigle, dynastie des Qing

« Le bois d’aigle ou bois d’aloès est sans doute le parfum préféré des lettrés chinois. Généralement consumé dans un brûle-parfum, il est parfois directement sculpté pour créer des objets naturellement parfumés. C’est le cas du délicat décor floral de cet éventail. »

Eventail circulaire, sculpté d’iris et d’orchidées en bois d’aigle et calligraphie de Li Wentian, dynastie des Qing (XVIIe siècle – XXe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Le bois d’aigle ou bois d’aloès est sans doute le parfum préféré des lettrés chinois. Généralement consumé dans un brûle-parfum, il est parfois directement sculpté pour créer des objets naturellement parfumés. C’est le cas du délicat décor floral de cet éventail. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Brûle-parfum à tripode, Song

« Sous la dynastie Song, les pratiques de l’encens sont influencées par la culture lettrée qui favorise aussi bien les recherches sur les matières parfumées que sur les procédés de composition des parfums. Ce type de brûle-parfum, aux formes simples inspirées des bronzes antiques, est représentatif de ce goût lettré. »

Brûle-parfum à tripode, céramique, dynastie des Song ( Xe siècle ‒ XIIIe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Sous la dynastie Song, les pratiques de l’encens sont influencées par la culture lettrée qui favorise aussi bien les recherches sur les matières parfumées que sur les procédés de composition des parfums. Ce type de brûle-parfum, aux formes simples inspirées des bronzes antiques, est représentatif de ce goût lettré. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Brûle-parfum, bronze, dynastie des Han

« Les premiers modèles de brûle-parfums connus en Chine s’inspirent de coupes à pied munies d’un couvercle utilisées pour la présentation de liquides lors de cérémonies. A la fin des Royaumes combattants (453-221 av. J.-C.), cette forme de coupe est détournée pour devenir un brûle-parfum grâce à un couvercle ajouré, laissant s’échapper les fumées odorantes. »

Brûle-parfum, bronze, dynastie des Han (IIIe s. av. J.-C. – IIIe s. apr. J.-C.), Musée de Shanghai

« Les premiers modèles de brûle-parfums connus en Chine s’inspirent de coupes à pied munies d’un couvercle utilisées pour la présentation de liquides lors de cérémonies. A la fin des Royaumes combattants (453-221 av. J.-C.), cette forme de coupe est détournée pour devenir un brûle-parfum grâce à un couvercle ajouré, laissant s’échapper les fumées odorantes. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Brûle-parfum tripode ajouré

« Les matières parfumées et les pratiques de l’encens voyagent à travers l’Asie. Ce brûle-parfum, créé en Chine, a ainsi été agrémenté d’un couvercle ajouré au décor animalier par des artisans japonais. »

Brûle-parfum tripode ajouré, céramique aux cinq couleurs et or, four de Jingdezhen, dynastie des Ming (XIVe siècle – XVIIe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Les matières parfumées et les pratiques de l’encens voyagent à travers l’Asie. Ce brûle-parfum, créé en Chine, a ainsi été agrémenté d’un couvercle ajouré au décor animalier par des artisans japonais. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Consumation de l’encens

« Du cœur de ce groupe de personnages se détache une figure de vieillard qui s’approche d’une tablette à encens. Le meuble situé au centre de la peinture, servait à présenter les trois objets de l’encens : brûle-parfum, boîte à encens, et vase contenant baguettes et cuiller, les instruments indispensables à sa consumation. »

Anonyme : peinture représentant la consumation de l’encens, éventail circulaire en soie,  Dynastie des Yuan (XIIIe siècle – XIVe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Du cœur de ce groupe de personnages se détache une figure de vieillard qui s’approche d’une tablette à encens. Le meuble situé au centre de la peinture, servait à présenter les trois objets de l’encens : brûle-parfum, boîte à encens, et vase contenant baguettes et cuiller, les instruments indispensables à sa consumation. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Zhang Daqian, « La Dame Li en donatrice tenant un brûle-parfum »

« Le bouddhisme véhicule une culture de l’encens influencée par les pratiques indiennes. Sous l’impulsion de cette religion, les élites chinoises prennent l’habitude de se faire représenter en donateur ou en donatrice, un brûle-parfum entre les mains. »ROGER-VIOLLET/MUSÉE CERNUSCHI
Zhang Daqian : « La Dame Li en donatrice tenant un brûle-parfum », copie d’une peinture murale du Xe siècle, encre et couleurs sur soie, vers 1943 ‒ Don Guo Youshou, 1953

« Le bouddhisme véhicule une culture de l’encens influencée par les pratiques indiennes. Sous l’impulsion de cette religion, les élites chinoises prennent l’habitude de se faire représenter en donateur ou en donatrice, un brûle-parfum entre les mains. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Stèle bouddhique, bouddha Sakyamuni, pierre dorée, dynastie des Liang du Sud (VIe s. apr. J.-C.), Musée de Shanghai

« L’arrivée du bouddhisme en Chine transforme la culture du parfum. Sur cette stèle figurent cinq personnages – un bouddha, deux disciples et deux bodhisattva. Au pied du bouddha se trouve un brûle-parfum : son corps et son couvercle ont la forme d’une fleur de lotus sur le point d’éclore. »

« L’arrivée du bouddhisme en Chine transforme la culture du parfum. Sur cette stèle figurent cinq personnages – un bouddha, deux disciples et deux bodhisattva. Au pied du bouddha se trouve un brûle-parfum : son corps et son couvercle ont la forme d’une fleur de lotus sur le point d’éclore. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html