Rencontre avec Marco Martella

Dans le cadre des Rendez-vous aux jardins, rencontre dans le Jardin du bambou bleu, 18 rue de Laval, 77120 Mauperthuis, avec Marco Martella, le samedi 1er juin 2024, à partir de 14h30 : des échanges littéraires sur le thème du jardin, une pérégrination sous les bambous et les ginkgos, des lectures et de joyeuses conversations un verre à la main, tel est le programme…
Marco Martella est écrivain, toute son œuvre tourne poétiquement autour des jardins, les sillonne, les fait vivre dans leur mystère et leur caractère fragile mais si précieux. Il est l’auteur, récemment, de Un petit monde, un monde parfait (Poesis, 2018), Fleurs (Actes Sud, 2021) et Les Fruits du myrobolan (Actes Sud, 2023). Il est aussi le fondateur et le directeur de la revue Jardins, dont les deux derniers numéros ont pour thème la musique et les nourritures. Les cinq sens seront donc au rendez-vous ! Événement organisé par l’Association du Studio du bambou bleu. Participation 5 euros 

https://openagenda.com/fr/rdvj-2024-ile-de-france/events/les-cinq-sens-au-jardin-et-la-litterature-rencontre-avec-marco-martella

Anosmie et coronavirus

“Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, l’a déclaré dans son compte-rendu du vendredi 20 mars : la perte d’odorat (ou anosmie) peut figurer au nombre des premiers symptômes du Covid-19. Négligé depuis l’irruption de la maladie, ce signe clinique est désormais relevé dans de nombreux pays et pourrait être expliqué par la capacité du nouveau coronavirus à infecter le système nerveux central des malades – notamment les zones du cerveau traitant les informations olfactives.

Cette hypothèse est étayée par deux récents articles de recherche. Le premier, tout juste publié par des chercheurs chinois dans le Journal of Medical Virology s’appuie sur des données acquises sur d’autres coronavirus que le SARS-CoV-2, étudiés de plus longue date ; le second, publié presque simultanément dans la revue Chemical Neuroscience, propose des mécanismes d’action susceptibles d’expliquer cette faculté potentielle du virus à infecter le système nerveux central.”(…)

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/03/23/perte-d-odorat-le-nouveau-coronavirus-suspecte-de-pouvoir-infecter-le-systeme-nerveux-central_6034072_1650684.html

Ce que révèlent nos odeurs.

Ce que révèlent nos odeurs. Les codes du langage olfactif, Vittorio Bizzozero, Éditions Médecine et Hygiène, septembre 2015, 111 pages, 15 euros.

Note critique par Delphine de Swardt

Parue initialement dans :

 Nez, la revue olfactive, numéro 2 – Le propre et le sale – octobre 2016

“À travers des cas cliniques de patients dégageant de fortes odeurs ou ayant un rapport anormal aux odeurs, le psychologue Vittorio Bizzozero avance l’hypothèse que nos émissions nauséabondes forment un rempart qui nous protège et un langage non verbal qui échappe à notre conscience. À partir de la structure primordiale qu’est l’odorat dans le développement, le chercheur montre que ce langage universel et inconscient occupe, dans notre bien-être, une place bien supérieure à ce que toutes les entreprises de refoulement ont bien voulu nous laisser croire. C’est une véritable communication entre émission et réception qui est à l’œuvre, certes manifeste dans des cas pathologiques, mais tout aussi importante dans la vie quotidienne normale.”

LA CULTURE DU PARFUM AU TEMPS DES EMPEREURS DE CHINE

Conférence par Frédéric Obringer

JEUDI 17 OCTOBRE 2019 – 18H30 – DURÉE : 1H30

Au cours de l’histoire de la Chine impériale, une très riche culture liée aux substances aromatiques et aux parfums s’est développée dans de nombreux domaines : rites religieux, art thérapeutique, vie quotidienne du lettré. Lors de la conférence, seront abordés les différentes substances odorantes employées (comme le musc ou le bois d’aigle), les diverses formes de parfums (des encens à brûler jusqu’aux pilules à avaler), les brûle-parfums, les utilisations médicales et enfin la place éminente des senteurs dans l’univers des lettrés.

Musée du Parfum Fragonard, 3-5 square de l’Opéra Paris 9ème Opéra, Madeleine / RER Auber

Réservation obligatoire
sur www.fragonard.com (rubrique « Ateliers de parfums et activités »)

À VUE DE NEZ
ODORAT ET COMMUNICATION

Sous la direction de Brigitte Munier

Pourquoi un « Essentiel » consacré à l’odorat, sens réputé mineur, primaire, voire bestial ? C’est ce préjugé, bien ancré dans la culture occidentale, que ce petit livre souhaite ébranler fortement ! Aujourd’hui, en effet, le nez, l’olfaction et les senteurs, si longtemps relégués par les mœurs et dédaignés par la connaissance, intéressent et bouleversent tous les domaines du savoir.

De l’Antiquité à nos jours, de l’Orient à l’Occident, des neurosciences à la philosophie, cet ouvrage réunit les contributions de chercheurs venus de tous les horizons. Chacun s’attache à dévoiler le rôle, jusqu’ici insoupçonné, joué par notre nez dans nos processus de communication avec autrui. Loin d’être un résidu de l’animalité, celui-ci nourrit l’imaginaire, participe à l’élaboration de notre savoir et inspire nos échanges. Ainsi l’odorat est-il expérience partagée et, comme le disait Bachelard, « le premier témoignage de notre fusion au monde ».

Auteurs : Francis Affergan, Gérard Brand, Joël Candau, Agnès Giard, André Holley, Chantal Jaquet, David Le Breton, Annick Le Guérer, Brigitte Munier, Frédéric Obringer, Roland Salesse, Benoist Schaal, Delphine de Swardt, Bernard Valade.

CNRS Editions, 2019

“Un tableau n’est pas fait pour être flairé »: une histoire olfactive de la peinture (XVIIIe – XXe siècle)”

Jeudi 7 mars 2019
11h-13h
Salle A07_5154 bd Raspail

Dans le cadre du séminaire de Frédéric Obringer (CNRS)
“Santé, sensibilités, substances en Asie orientale”


Érika Wicky
EURIAS Fellow 2018-2019 Collegium de Lyon – Institute for Advanced Study

donnera une conférence intitulée :

“Un tableau n’est pas fait pour être flairé »: une histoire olfactive de la peinture (XVIIIe – XXe siècle)”
“Un tableau n’est pas fait pour être flairé ; reculez-vous : l’odeur de la peinture n’est pas saine !” Attribuée à Rembrandt, cette réplique destinée à tenir les spectateurs éloignés des secrets de fabrication des œuvres a connu une grande fortune critique dès la fin du XVIIIe siècle, contribuant à faire de l’odeur de la peinture un topos des récits d’atelier. Ayant d’abord servi à évaluer la qualité des matériaux, l’odeur de la peinture, à mesure qu’elle faisait l’objet de mises en gardes médicales, a brisé des vocations d’artistes, enivré ou indisposé des modèles, réglé la distance du spectateur ainsi que la taille et l’organisation des ateliers. Elle a aussi offert aux critiques d’art des métaphores choisies pour dire leur dégoût des sujets et de la facture réalistes. Au début du XXe siècle, elle témoigne toujours de la matérialité de la création picturale, notamment pour Duchamp, qui fustige les peintres “intoxiqués à la térébenthine”. En un mot, de la création à la réception des œuvres, l’odeur de la peinture est une actrice invisible de l’histoire de l’art.

Cham

Cultures olfactives, un nouveau blog

Ce carnet tenu par  Erika Wicky recense l’actualité de la recherche en arts et en sciences humaines consacrée aux odeurs et à l’odorat. Il vise à renforcer le réseau pluridisciplinaire des chercheur·se·s impliqué·e·s dans le domaine des smell studies en diffusant des appels à contribution, des présentations de groupes de recherche, des positions de thèse, des comptes rendus, des annonces de colloques, conférences, soutenances, publications, etc.

https://olfaction.hypotheses.org/
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search