Archives de catégorie : Actualités / News

LA CULTURE DU PARFUM AU TEMPS DES EMPEREURS DE CHINE

Conférence par Frédéric Obringer

JEUDI 17 OCTOBRE 2019 – 18H30 – DURÉE : 1H30

Au cours de l’histoire de la Chine impériale, une très riche culture liée aux substances aromatiques et aux parfums s’est développée dans de nombreux domaines : rites religieux, art thérapeutique, vie quotidienne du lettré. Lors de la conférence, seront abordés les différentes substances odorantes employées (comme le musc ou le bois d’aigle), les diverses formes de parfums (des encens à brûler jusqu’aux pilules à avaler), les brûle-parfums, les utilisations médicales et enfin la place éminente des senteurs dans l’univers des lettrés.

Musée du Parfum Fragonard, 3-5 square de l’Opéra Paris 9ème Opéra, Madeleine / RER Auber

Réservation obligatoire
sur www.fragonard.com (rubrique « Ateliers de parfums et activités »)

“Un tableau n’est pas fait pour être flairé »: une histoire olfactive de la peinture (XVIIIe – XXe siècle)”

Jeudi 7 mars 2019
11h-13h
Salle A07_5154 bd Raspail

Dans le cadre du séminaire de Frédéric Obringer (CNRS)
“Santé, sensibilités, substances en Asie orientale”


Érika Wicky
EURIAS Fellow 2018-2019 Collegium de Lyon – Institute for Advanced Study

donnera une conférence intitulée :

“Un tableau n’est pas fait pour être flairé »: une histoire olfactive de la peinture (XVIIIe – XXe siècle)”
“Un tableau n’est pas fait pour être flairé ; reculez-vous : l’odeur de la peinture n’est pas saine !” Attribuée à Rembrandt, cette réplique destinée à tenir les spectateurs éloignés des secrets de fabrication des œuvres a connu une grande fortune critique dès la fin du XVIIIe siècle, contribuant à faire de l’odeur de la peinture un topos des récits d’atelier. Ayant d’abord servi à évaluer la qualité des matériaux, l’odeur de la peinture, à mesure qu’elle faisait l’objet de mises en gardes médicales, a brisé des vocations d’artistes, enivré ou indisposé des modèles, réglé la distance du spectateur ainsi que la taille et l’organisation des ateliers. Elle a aussi offert aux critiques d’art des métaphores choisies pour dire leur dégoût des sujets et de la facture réalistes. Au début du XXe siècle, elle témoigne toujours de la matérialité de la création picturale, notamment pour Duchamp, qui fustige les peintres “intoxiqués à la térébenthine”. En un mot, de la création à la réception des œuvres, l’odeur de la peinture est une actrice invisible de l’histoire de l’art.

Cham

Histoire des odeurs et des parfums (2/4) Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs

Émission sur France Culture, mardi 17 avril 2018

Eric Lefevbre (directeur du musée Cernuschi) et Frédéric Obringer (responsable du laboratoire de recherche Chine, Corée, Japon au CNRS) nous accompagnent dans ce voyage olfactif étayé par des expériences odorifiques inspirées par des recettes de parfums et d’encens de l’époque de la Chine ancienne.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-des-odeurs-et-des-parfums-24-parfums-de-chine-la-culture-de-lencens-au-temps-des-empereurs

Eventail circulaire, sculpté d’iris et d’orchidées en bois d’aigle, dynastie des Qing

« Le bois d’aigle ou bois d’aloès est sans doute le parfum préféré des lettrés chinois. Généralement consumé dans un brûle-parfum, il est parfois directement sculpté pour créer des objets naturellement parfumés. C’est le cas du délicat décor floral de cet éventail. »

Eventail circulaire, sculpté d’iris et d’orchidées en bois d’aigle et calligraphie de Li Wentian, dynastie des Qing (XVIIe siècle – XXe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Le bois d’aigle ou bois d’aloès est sans doute le parfum préféré des lettrés chinois. Généralement consumé dans un brûle-parfum, il est parfois directement sculpté pour créer des objets naturellement parfumés. C’est le cas du délicat décor floral de cet éventail. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Brûle-parfum, bronze, dynastie des Han

« Les premiers modèles de brûle-parfums connus en Chine s’inspirent de coupes à pied munies d’un couvercle utilisées pour la présentation de liquides lors de cérémonies. A la fin des Royaumes combattants (453-221 av. J.-C.), cette forme de coupe est détournée pour devenir un brûle-parfum grâce à un couvercle ajouré, laissant s’échapper les fumées odorantes. »

Brûle-parfum, bronze, dynastie des Han (IIIe s. av. J.-C. – IIIe s. apr. J.-C.), Musée de Shanghai

« Les premiers modèles de brûle-parfums connus en Chine s’inspirent de coupes à pied munies d’un couvercle utilisées pour la présentation de liquides lors de cérémonies. A la fin des Royaumes combattants (453-221 av. J.-C.), cette forme de coupe est détournée pour devenir un brûle-parfum grâce à un couvercle ajouré, laissant s’échapper les fumées odorantes. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Brûle-parfum tripode ajouré

« Les matières parfumées et les pratiques de l’encens voyagent à travers l’Asie. Ce brûle-parfum, créé en Chine, a ainsi été agrémenté d’un couvercle ajouré au décor animalier par des artisans japonais. »

Brûle-parfum tripode ajouré, céramique aux cinq couleurs et or, four de Jingdezhen, dynastie des Ming (XIVe siècle – XVIIe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Les matières parfumées et les pratiques de l’encens voyagent à travers l’Asie. Ce brûle-parfum, créé en Chine, a ainsi été agrémenté d’un couvercle ajouré au décor animalier par des artisans japonais. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Consumation de l’encens

« Du cœur de ce groupe de personnages se détache une figure de vieillard qui s’approche d’une tablette à encens. Le meuble situé au centre de la peinture, servait à présenter les trois objets de l’encens : brûle-parfum, boîte à encens, et vase contenant baguettes et cuiller, les instruments indispensables à sa consumation. »

Anonyme : peinture représentant la consumation de l’encens, éventail circulaire en soie,  Dynastie des Yuan (XIIIe siècle – XIVe siècle après J.-C.), Musée de Shanghai

« Du cœur de ce groupe de personnages se détache une figure de vieillard qui s’approche d’une tablette à encens. Le meuble situé au centre de la peinture, servait à présenter les trois objets de l’encens : brûle-parfum, boîte à encens, et vase contenant baguettes et cuiller, les instruments indispensables à sa consumation. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

Stèle bouddhique, bouddha Sakyamuni, pierre dorée, dynastie des Liang du Sud (VIe s. apr. J.-C.), Musée de Shanghai

« L’arrivée du bouddhisme en Chine transforme la culture du parfum. Sur cette stèle figurent cinq personnages – un bouddha, deux disciples et deux bodhisattva. Au pied du bouddha se trouve un brûle-parfum : son corps et son couvercle ont la forme d’une fleur de lotus sur le point d’éclore. »

« L’arrivée du bouddhisme en Chine transforme la culture du parfum. Sur cette stèle figurent cinq personnages – un bouddha, deux disciples et deux bodhisattva. Au pied du bouddha se trouve un brûle-parfum : son corps et son couvercle ont la forme d’une fleur de lotus sur le point d’éclore. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

L’encens parfume le Musée Cernuschi à Paris

Céramiques, dessins, bronzes ou toiles… : l’exposition, intitulée « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs », a lieu au Musée Cernuschi, le Musée des arts de l’Asie de la Ville de Paris, jusqu’au 26 août. A travers 110 objets d’art et d’archéologie, elle rend compte du raffinement de la culture chinoise depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’au XIXe siècle. Eric Lefebvre, co-commissaire de l’exposition et directeur du Musée Cernuschi, commente une sélection d’objets issus des collections du Musée de Shanghai et présentés en Europe pour la première fois.

“Brûle-parfum canard”. Bronze. Dynastie Han (202 av. J.-C. à 220 ap. J.-C.). Paris, musée Cernuschi. Dimensions: 14,7 x 15,3 x 7,8

Un parcours olfactif est proposé au public : les visiteurs peuvent découvrir des recettes anciennes d’encens datant des grandes périodes de l’histoire de la Chine.

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2018/03/21/l-encens-parfume-le-musee-cernuschi-a-paris_5273983_1655012.html

 

Exposition “Parfums de Chine”, François Demachy, parfumeur créateur de Dior, Musée Cernuschi

À l’occasion de l’exposition “Parfums de Chine” du 9 mars au 26 août 2018 des expériences olfactives sont proposées aux visiteurs. Au fil du parcours, ils découvrent grâce aux reconstitutions de François Demachy, parfumeur-créateur de Dior Parfums, des recettes anciennes d’encens

https://youtu.be/BkbitG9dRk0

 

 

Conférences à Cernuschi

conférences

L’université au Musée

Adultes

Dans le cadre de l’exposition temporaire Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs, le musée propose un cycle de conférences gratuites autour de ce thème.

Jeudi 22 Mars à 16h : Parfum et pharmacopée en Chine, par Frédéric Obringer, CNRS directeur du laboratoire Chine, Corée, Japon, et conseiller scientifique de l’exposition.

Jeudi 12 Avril à 16h : Parfum et culture lettrée en Chine aux XVIe et XVIIe siècles, par Cédric Laurent, maître de conférences à l’Université Rennes II.

Jeudi 17 mai : L’encens mis en scène dans la peinture chinoise, par Éric Lefebvre, directeur du Musée Cernuschi et commissaire de l’exposition.

Jeudi 14 juin à 16h : Dhupa, parfums d’Inde, par Charlotte de Percin-Sermet, docteure en histoire de l’art et conférencière.

Jeudi 5 juillet à 16h : La pratique du KŌdŌ, par Didier Trotier, chercheur honoraire du CNRS, spécialiste en neurosciences de l’olfaction et de la gustation.