“Un tableau n’est pas fait pour être flairé »: une histoire olfactive de la peinture (XVIIIe – XXe siècle)”

Jeudi 7 mars 2019
11h-13h
Salle A07_5154 bd Raspail

Dans le cadre du séminaire de Frédéric Obringer (CNRS)
“Santé, sensibilités, substances en Asie orientale”


Érika Wicky
EURIAS Fellow 2018-2019 Collegium de Lyon – Institute for Advanced Study

donnera une conférence intitulée :

“Un tableau n’est pas fait pour être flairé »: une histoire olfactive de la peinture (XVIIIe – XXe siècle)”
“Un tableau n’est pas fait pour être flairé ; reculez-vous : l’odeur de la peinture n’est pas saine !” Attribuée à Rembrandt, cette réplique destinée à tenir les spectateurs éloignés des secrets de fabrication des œuvres a connu une grande fortune critique dès la fin du XVIIIe siècle, contribuant à faire de l’odeur de la peinture un topos des récits d’atelier. Ayant d’abord servi à évaluer la qualité des matériaux, l’odeur de la peinture, à mesure qu’elle faisait l’objet de mises en gardes médicales, a brisé des vocations d’artistes, enivré ou indisposé des modèles, réglé la distance du spectateur ainsi que la taille et l’organisation des ateliers. Elle a aussi offert aux critiques d’art des métaphores choisies pour dire leur dégoût des sujets et de la facture réalistes. Au début du XXe siècle, elle témoigne toujours de la matérialité de la création picturale, notamment pour Duchamp, qui fustige les peintres “intoxiqués à la térébenthine”. En un mot, de la création à la réception des œuvres, l’odeur de la peinture est une actrice invisible de l’histoire de l’art.

Cham


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.