Brigitte Munier, « Odeurs et parfums en Occident. Qui fait l’ange fait la bête »

Sens mineur, l’odorat ? Futile, le parfum ? Importunes, les odeurs ? Ainsi le jugea la culture occidentale qui célébra le regard et l’audition pour mieux discréditer le nez. Sans la senteur, pourtant, l’émotion déserterait les souvenirs, l’intimité quitterait le lien de l’homme à Dieu et la sensualité s’absenterait de l’échange amoureux. Durant notre civilisation, puanteurs et parfums n’ont cessé d’instruire les pratiques religieuses ou médicales et d’œuvrer à la partition sociale avant d’élaborer le sentiment de l’identité personnelle. L’olfaction ouvre un monde fait de paradoxes, de contradictions et de métaphores dont cet essai suit l’histoire, réelle et symbolique, jusque dans ses derniers retournements contemporains en parfumerie et en biologie.

Paris, Éditions du Félin, 2017

isbn: 9782866458553


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *