A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners

Un article très intéressant sur les brûle-parfums et l’utilisation des encens (empire byzantin tardif et empire ottoman) :

Tera Lee Hedrick and Nina Ergin, « A Shared Culture of Heavenly Fragrance. A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners and Censing Practices in Religious Contexts », Dumbarton Oaks Papers, vol. 69, 2015, p. 331-354.

Copper5

l’article se termine par la conclusion suivante  (p. 354) :

In summary, there were more continuities than
discontinuities; when rituals involving incense had similar
valences—and in many instances they did—then
both practices and objects remained virtually the same
across late Byzantine and Ottoman cultures. As the title
of this essay indicates, this was truly a shared culture of
fragrance. Indeed, fragrance itself is a useful metaphor
for cultural exchange: it can permeate spaces across
physical boundaries and take on the shape of these
spaces; it can appear to be everywhere and nowhere,
concrete and fleeting at the same time; and those who
experience the same fragrance may still attach different
memories, emotions, and meanings to it.

 

 

Exposition « Parfums antiques, de l’archéologue au chimiste »

http://reainfo.hypotheses.org/431

Date / lieu : du 11 décembre 2015 au 31 mars 2016 / Grasse, Musée International de la Parfumerie

A travers de cette  exposition, la première du genre, chacun pourra découvrir que l’usage du parfum n’a cessé de progresser au cours des siècles et que dans l’Antiquité comme aujourd’hui, les parfums étaient présents sous différentes formes selon l’usage souhaité.

Des installations de parfumeurs antiques, retrouvées à Pompéi, Herculanum, Paestum, Délos… par le Centre Jean Bérard (CNRS) ont permis à l’Institut de Chimie de Nice de l’Université de Nice-Sophia Antipolis de s’approcher au mieux des parfums antiques en utilisant des procédés similaires à ceux pratiqués dans l’Antiquité bien que les matières premières aient inéluctablement évolué. Cela a permis notamment de se faire une idée des senteurs anciennes ainsi que leurs compositions chimiques. Ces parfums sont en effet constitués d’une base qui est une huile végétale (huiles d’olives vertes, de sésame, de ben…), et de matières premières odorantes de différentes natures comme les fleurs, les racines, les épices, les gommes-résines.

 

Exposition : « Parfums antiques, de l’archéologue au chimiste »

Émission sur l’odorat, France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/science-publique/comment-lodorat-agit-il-sur-nos-emotions

Sur le site de France Culture :

Par rapport à la vue et à l’ouïe, l’odorat humain apparaît comme mineur. Pourtant, même s’il est nettement moins performant que celui des chats ou des requins, il nous permettrait de détecter des centaines de milliards d’odeurs. Fortement associé à un autre sens, celui du goût, l’odorat semble également capable de véhiculer autre chose que les senteurs en elles-mêmes. Ainsi, une étude publiée en 2012 par Gün Semin et ses collègues de l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, montre que nous pouvons capter autre chose que l’impression agréable d’un parfum avec notre nez. Les chercheurs ont en effet réalisé une expérience surprenante. Il ont collecté la sueur d’hommes en train de regarder soit un film d’horreur, soit un film induisant le dégoût. Un groupe de femmes a ensuite été exposé aux échantillons de sueur masculine pendant qu’elles réalisaient une tâche de recherche visuelle. Surprise : le visage des femmes exposées à la sueur de la peur ont exprimé… de la peur et celles qui étaient exposées à la sueur du dégout ont eu des expressions faciales correspondantes. Ainsi, une émotion pourrait être transmise par les odeurs. Et notre cerveau serait capable de décoder ce message olfactif. De même, les relations entre odorat et mémoire sont surprenantes. Nous allons nous pencher aujourd’hui que les secrets de ce sens méconnu qu’est l’odorat à l’occasion de la sortie en salle, mercredi 10 février, d’un film documentaire de Kim Nguyen intitulé « L’odorat ».

Sharma : un entrepôt de commerce médiéval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180)

9781784911942

Sharma : un entrepôt de commerce médiéval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180), sous la direction d’Axelle Rougeulle, Oxford, Archaeopress (British Foundation for the Study of Arabia Monographs ; 17), 2015, ISBN 978-1-78491-194-2

III/9. Les résines végétales de type copal et encens : caractérisation, exploitation et circuits commerciaux (M. Regert, M. Salque, Th. Devièse, A.-S. Le Hô), p. 395-416

Compte rendu : http://eem.hypotheses.org/287