Tous les parfums du monde : les plantes odorantes en danger d’extinction, sur Arte

Arte diffusera en décembre une série réalisée par Bruno Victor-Pujebet, Xavier Lefebvre, Alexis de Favitski et Benoît Laborde, d’après une idée d’Olivier Julien, nommée Tous les parfums du monde.

Ce documentaire en quatre épisodes se penche sur les plantes odorantes menacées de disparaître à cause de phénomènes naturels ou de la mondialisation.

tous-les-parfums-du-monde-ecran-total-zed-arte-2

http://www.nez-larevue.fr/notre-actu/parfums-monde-serie-documentaire-arte-plantes-odorantes-danger-dextinction/

 

Journée d’étude « Odeurs et parfums » du 8 novembre. Quelques photos

La journée d’étude « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire » organisée par Tiziana Leucci et Frédéric Obringer s’est tenue à l’EHESS (190 av. de France, 75013 Paris), salle 638/640, le mardi 8 novembre 2016 de 9h30 à 17h30. Au total, près de cinquante personnes ont assisté à la journée. Nous avons pu entendre les communications d’Esther-Maria Guggenmos, Richard Williams, Sterenn Le Maguer, Frédéric Obringer, Eugénie Briot, Léo Mariani, Agnès Giard et Tiziana Leucci. La publication en ligne des résumés longs est prévue la première moitié de l’année 2017, et une autre journée d’étude sur le même thème est en cours d’organisation pour fin 2017. On trouvera ci-dessous quelques photos de cet événement.

Esther-Maria Guggenmos :

20161108_103726

Sterenn Le Maguer :

20161108_111122

Richard Williams et Tiziana Leucci :

20161108_114453

Eugénie Briot :

20161108_141306

Léo Mariani :

20161108_145024

Agnès Giard :

20161108_155154

L’auditoire :

20161108_141436

Prix « Le Monde » de la recherche 2016 : la mécanique des odeurs

Claire de March a reçu le Prix « Le Monde » de la recherche universitaire en 2016. Elle présente le travail de thèse qui lui a valu cette récompense.

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/11/23/prix-le-monde-de-la-recherche-2016-la-mecanique-des-odeurs_5036806_1650684.html

« Il estimait que les sens, tout autant que l’âme, ont des mystères spirituels à nous révéler. C’est ainsi qu’il étudia quelque temps les parfums. » Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, 1890.

Si tout le monde sait comment nommer  la perte de la vue ou de l’ouïe, peu de personnes connaissent le terme associé à la perte de l’olfaction, l’anosmie. Cela est révélateur du peu de connaissance dont nous disposons sur ce sens. Nous avons pourtant l’intuition qu’il devrait être traité avec davantage de considération. En 1932, Aldous Huxley, dans son roman Le Meilleur des mondes, avait prédit les médias odorisés. Aujourd’hui, les grandes entreprises de parfumerie et agroalimentaires parient sur le marketing olfactif.

Plus intrigant, les protéines qui nous permettent d’interagir avec les molécules odorantes, les récepteurs olfactifs, ne se situent pas que dans notre nez ! Pour des raisons encore à établir, on les trouve dans des organes comme la prostate ou les spermatozoïdes. L’homme possède 400 types de récepteurs olfactifs que son cerveau utilise de façon combinatoire pour distinguer des milliards d’odeurs. La perception d’une odeur peut être vue comme une symphonie. Une molécule odorante serait alors un accord de notes sur un piano (notre cerveau) qui possèderait 400 touches. Le lien entre ces accords de signaux et l’odeur perçue est en principe possible à décrypter mais reste à découvrir.

Ma thèse a consisté à comprendre les interactions entre les composés odorants et ces récepteurs. J’ai construit des modèles de ces récepteurs atome par atome à l’aide d’un ordinateur, pointant ainsi un microscope virtuel sur notre système olfactif. Grâce à cet outil, assimilable à « un nez virtuel », j’ai observé que l’ensemble des récepteurs olfactifs de mammifères présentent deux fonctions cruciales : un interrupteur et un verrou moléculaire. Les molécules odorantes compatibles déclenchent l’interrupteur, ce qui ouvre son verrou. Certains récepteurs sont équipés d’un interrupteur progressif et d’autres d’un bouton marche/arrêt. L’un possède un verrou de porte blindée, l’autre un simple loquet. Une fois le verrou ouvert, une cascade d’événements engendre la reconnaissance de l’odeur par notre cerveau. Nous n’étions jamais allés aussi loin dans la compréhension des mécanismes moléculaires d’encodage du monde olfactif. Ces travaux ont abordé de façon innovante et transdisciplinaire des problématiques de longue date. Ils auront des retombées dans l’industrie des arômes et parfums, mais aussi dans le domaine biomédical, car ces récepteurs olfactifs deviennent des cibles thérapeutiques.

Claire de March

« Modélisation des mécanismes moléculaires de la perception des odeurs » : thèse soutenue le 23 octobre 2015. Directeur de recherche : Jérôme Golebiowski. Chimie. Université Nice Sophia Antipolis.

 

Muscs de synthèse ? une conférence de l’Osmothèque Paris

Comment les premiers muscs de synthèse ont-ils contribué à l’âge d’or de la parfumerie française ? est l’intitulé de la prochaine conférence parisienne de l’Osmothèque. Pour l’occasion, la parole est donnée à Olivier David, maître de conférences à l’Université de Versailles et à Emmanuelle Giron, Parfumeur Osmothécaire. Cette conférence aura lieu le mardi 22 novembre à 18h30 dans l’Amphithéâtre de l’IPAG, au 184 Bld Saint Germain à Paris.

Que connaissez-vous des muscs de synthèse ?

chevrotin-porte-musc-losmotheque Avant d’être un musc de synthèse, cette matière première a été tout d’abord, une substance naturelle. Issue du chevrotin porte-musc d’Asie Centrale, le musc est contenu dans les glandes sexuelles du mâle et récolté pendant la période du rut. Le musc dit Tonkin est une odeur animale mais également douce, ronde et chaude dont la particularité est de fixer les notes de fond et d’amplifier le sillage. Cette odeur peut être retrouvée dans certains végétaux comme la graine d’ambrette. C’est un musc interdit que l’on sentira pendant la conférence. Aujourd’hui, desmusc-tonkin-losmotheque parfumeurs comme Marc-Antoine Corticchiato, parfumeur et fondateur de sa marque Parfum d’Empire en à fait une reconstitution avec son parfum comme « Musc Tonkin ».

Déjà sous la menace d’extinction à la fin XIX siècle, les chimistes vont chercher des substituts par la synthèse. Ce sont au total 7 muscs de synthèse qu’Olivier David, enseignant-chercheur à l’UVSQ, expliquera : une histoire trop méconnue. Il suivra l’ordre chronologique de l’histoire et ses anecdotes. Sans dévoiler l’essence de la conférence, je vous donne néanmoins quelques indices, lesquels n’enlèvent et ne remplacent en aucun cas, le bénéfice d’aller écouter la conférence ! Le site ne donne pas encore la possibilité de sentir les matières et les parfums, un des grands atouts des conférences de l’Osmothèque.

L’histoire des muscs de synthèse

mure-et-musc-losmothequeLe point de départ de l’histoire des muscs sera de trouver des substituts par la synthèse. C’est à la fin du XIX siècle, que l’on y parvient par la nitration de l’isobutyl-toluène. Cette longue et riche histoire démarre avec Alfred Baur, qui dépose le 6 juillet 1888, le brevet décrivant le procédé de fabrication du musc artificiel. Ce dernier sera exploité par la Fabrique Thann et Mulhouse et par les fabriques de Laire & Cie. « Aujourd’hui, nous avons pu fabriquer à nouveau le musc Baur, grâce aux précieux conseils et aux mises en garde de Professeur François Terrier » me confie Olivier David. Dans cette famille des muscs nitrés, ce dernier parlera des muscs Baur, Xylène, Ambrette, Cetone, Moskène et Tibétène) en évoquant aussi les plus récents comme les muscs blancs, une autre famille.musc-intense-losmotheque

Ces différents produits apportent différentes facettes olfactives aux parfumeurs. Pour W.A Poucher parfumeur anglais, « le musc ambrette est certainement le produit synthétique le plus important. » Son odeur rappelle plus celle de l’essence de graine d’ambrette que celle du musc naturel. Tandis musc-imperial-losmothequeque pour Felix Cola, le musc xylène, plus employé en savonnerie qu’en parfumerie, manque de finesse. Comme vous l’aurez deviné, derrière ces découvertes, se cache l’histoire d’hommes entourés d’anecdotes.

Partenariat entre l’Osmothèque & Versailles Sciences Lab

Dans la continuité, l’Osmothèque a préservé une trace des parfums disparus. Le projet se poursuit avec un partenariat avec le laboratoire Lavoisier, le laboratoire de chimie de lUniversité de Versailles – Saint Quentin (UVSQ), pour constituer une base de données des molécules. Ces dernières sont aussi soumises au même aléa que les parfums. La re-fabrication des muscs nitrés, une famille d’une extrême importance pour la parfumerie du XX siècle constitue un premier projet. Ce sera l’occasion pour Olivier David d’en dire plus sur ce nouveau projet.

Qui est Olivier David ?

Un passionné, de chimie organique et de la chimie des parfums. Aujourd’hui, Maître de Conférences à l’Université de Versailles,  il y enseigne divers aspects de la chimie organique, cinétique, et la chimie des composés odorants et aromatiques. Depuis un an, à son plus grand bonheur,  il donne un cours de chimie de synthèse des matières premières, aux étudiants de première année du Master Formulation et Évaluation sensorielle de l’ISIPCA – un sujet, qu’il découvre en lisant le livre de Philippe Kraft, chimiste R & D chez Givaudan – Un lien entre son métier et sa passion, l’ont amené à s’intéresser à la filiation des parfums – voir les liens entre un Tocade de Rochas et un Musc Ravageur de Maurice Roucel ou encore, ceux de Passage d’Enfer de l’Artisan Parfumeur et de l’Ether de IUNX d’Olivia Giacobetti.

Adresse Conférence Osmothèque Paris

Mardi 22 novembre à 18h30 dans l’Amphithéâtre de l’IPAG, au 184 Bld Saint Germain à Paris. Pour en savoir plus, la SAO, cliquez ici

Voir : http://faireletourdumondeenparfums.com/1er-muscs-de-synthese-a-losmotheque/

banniere-grise-orange-slogan42

Journée d’étude du 8 novembre 2016

cropped-11-552495-1.jpg

Rappel : la journée d’étude « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire » se tiendra à l’EHESS (190 av. de France, 75013 Paris), salle 638/640, le mardi 8 novembre 2016 de 9h30 à 17h30. Communications de Esther-Maria Guggenmos, Richard Williams, Sterenn Le Maguer, Frédéric Obringer, Eugénie Briot, Léo Mariani, Agnès Giard, Tiziana Leucci.

parfums-et-odeurs-affiche-prog-abstracts

Parfums et odeurs. Une approche plurisciplinaire

La journée d’étude « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire », organisée par Tiziana Leucci (CEIAS) et Frédéric Obringer (CCJ) aura lieu le mardi 8 novembre 2016 à l’EHESS, 190 av. de France, salle 638/640, de 9h30 à 17h30

combat-magique

La première journée d’études « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire », organisée par le CCJ et le CEIAS, s’inscrit dans le champ relativement nouveau des études culturelles et sociales liées à l’odorat. Nous nous trouvons à la croisée de nombreuses disciplines, comme l’histoire et l’anthropologie des perceptions, des sensibilités, des techniques, des objets naturels et des produits composés, des représentations symboliques, de la circulation des savoirs, des savoir-faire et des marchandises, sans oublier les neurosciences.
Cette première journée d’étude se propose d’aborder ces thèmes dans différentes aires culturelles, en mobilisant et en faisant dialoguer historiens et anthropologues.

Programme et résumés des interventions :

parfums-et-odeurs-affiche-prog-abstracts

Illustration : Photo(C) BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF Le Combat magique entre Sariputra et Raudraksa

 

 

A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners

Un article très intéressant sur les brûle-parfums et l’utilisation des encens (empire byzantin tardif et empire ottoman) :

Tera Lee Hedrick and Nina Ergin, « A Shared Culture of Heavenly Fragrance. A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners and Censing Practices in Religious Contexts », Dumbarton Oaks Papers, vol. 69, 2015, p. 331-354.

Copper5

l’article se termine par la conclusion suivante  (p. 354) :

In summary, there were more continuities than
discontinuities; when rituals involving incense had similar
valences—and in many instances they did—then
both practices and objects remained virtually the same
across late Byzantine and Ottoman cultures. As the title
of this essay indicates, this was truly a shared culture of
fragrance. Indeed, fragrance itself is a useful metaphor
for cultural exchange: it can permeate spaces across
physical boundaries and take on the shape of these
spaces; it can appear to be everywhere and nowhere,
concrete and fleeting at the same time; and those who
experience the same fragrance may still attach different
memories, emotions, and meanings to it.