Archives par mot-clé : odeurs

Robert Muchembled, « La Civilisation des odeurs (XVIe-début XIXe siècle) »

         Pourquoi l’odorat, ce sens primordial d’adaptation au danger comme de repérage du meilleur partenaire sexuel, demeure-t-il si méconnu ? Son histoire paradoxale, pour peu qu’on s’y attache, est des plus captivantes.
Dans cette synthèse sans équivalent, Robert Muchembled mène l’enquête et présente les extraordinaires mutations de l’odorat en Occident, de la Renaissance au début du XIXe siècle.
Les sources utilisées sont multiples et riches : manuels de physiognonomie ; oeuvres de médecins, philosophes, poètes, conteurs, théologiens, polémistes, moralistes ; traités de civilité, traités de « Secrets pour dames » ; édits royaux ; règlements du métier de gantier parfumeur, inventaires après-décès (apothicaires, gantiers parfumeurs) ; iconographie du sens olfactif…
Muchembled s’empare de cet extraordinaire ensemble et dresse l’histoire du puissant refoulement qui, depuis un demi-millénaire, nous a fait considérer l’odorat comme le plus méprisable des sens avant que de le hisser récemment au rang du plus affûté.
Des miasmes exhalés par les concentrations humaines aux émanations intimes nauséabondes, des senteurs « excrémentielles » (musc, civette et ambre) prétendument protectrices de la peste aux condamnations des moralistes, de la révolution olfactive du XVIIIe siècle, qui transforme la goutte de parfum floral ou fruité en vecteur d’hédonisme jusqu’aux dernières découvertes scientifiques, c’est à un extraordinaire voyage olfactif dans la civilisation des mœurs que Muchembled convie son lecteur.

Paris, Les Belles Lettres, 2017

EAN13 : 9782251447094

Brigitte Munier, « Odeurs et parfums en Occident. Qui fait l’ange fait la bête »

Sens mineur, l’odorat ? Futile, le parfum ? Importunes, les odeurs ? Ainsi le jugea la culture occidentale qui célébra le regard et l’audition pour mieux discréditer le nez. Sans la senteur, pourtant, l’émotion déserterait les souvenirs, l’intimité quitterait le lien de l’homme à Dieu et la sensualité s’absenterait de l’échange amoureux. Durant notre civilisation, puanteurs et parfums n’ont cessé d’instruire les pratiques religieuses ou médicales et d’œuvrer à la partition sociale avant d’élaborer le sentiment de l’identité personnelle. L’olfaction ouvre un monde fait de paradoxes, de contradictions et de métaphores dont cet essai suit l’histoire, réelle et symbolique, jusque dans ses derniers retournements contemporains en parfumerie et en biologie.

Paris, Éditions du Félin, 2017

isbn: 9782866458553

Séminaire « Santé, sensibilités, substances en Asie orientale »

EHESS

1er et 3ème jeudis du mois de 11h à 13h

salle A07_51, 54 boulevard Raspail 75006 Paris, UMR Chine, Corée, Japon, 7ème étage

du 16 novembre 2017 au 7 juin 2018

Frédéric Obringer, CNRS (UMR Chine, Corée, Japon, CCJ) et Sandrine Ruhlmann, CNRS (CCJ)

Nous proposons d’appréhender un ensemble de savoirs et de savoir-faire d’Asie orientale (Chine, Corée, Japon, Mongolie, Mongolie méridionale-Chine) concernant l’art de prendre soin de soi – parmi lesquelles se nourrir, se loger, se soigner – selon les perspectives historique (F. Obringer) et ethnologique (S. Ruhlmann). Inscrivant notre réflexion dans la lignée de Marcel Mauss, nous nous intéresserons aux perceptions sensorielles, aux sentiments et aux émotions en relation avec l’utilisation de diverses substances, alimentaires ou médicinales, utilisées dans le cadre de la vie quotidienne ou religieuse, ainsi qu’aux diverses techniques corporelles mobilisées selon différents contextes de consommation, de traitement médical, de divination, de propitiation, d’offrande, de purification, etc.

F. Obringer se fondera en particulier sur des sources primaires chinoises et S. Ruhlmann sur des données ethnographiques recueillies au sein de familles sédentaires et nomades mongoles. Cette collaboration sera une contribution à l’étude des sensibilités et des émotions en sciences humaines et sociales tout en y conviant les « sciences dures ».

 

16 novembre              Séance d’introduction (Frédéric Obringer, Sandrine Ruhlmann)

7 décembre                Frédéric Obringer, « Parfums et odeurs en Chine »

21 décembre                          Brigitte Munier, « Parfums et odeurs en Occident »

18 janvier                   Yann Borjon-Privé, « Excès et saturations alimentaires chez les Dolganes : quelle émotion des délices en Sibérie arctique ? »

1er février                   Sandrine Ruhlmann, « Qualités sensorielles et usages sensibles du gras en Mongolie »

15 février                               Greg de Saint Maurice, « Tastes are global, smells are local. Sensory fieldwork with the Japan Society for Innovative Cuisine »

1er mars                                  Marie-Luce Gélard, « Ethos sensoriel et rapports de séduction en contexte saharien : l’odeur sèche »

15 mars                                  Léo Mariani, « Trouble des sens et culture de l’incertitude. Une passion pour le durian à Penang (Malaisie) »

5 avril                                    Françoise Sabban, « Le lait en Chine : de la pharmacopée à la consommation ordinaire » (Titre provisoire)

3 mai                                      Joël Candau, « Cultures sensorielles » : existe-t-il des conditions d’adversité ou de félicité culturelle (l’effet Theuth) ? »

17 mai                        Séance de conclusion

7 juin                                     Validation : présentation orale des étudiants sur leurs recherches en rapport avec le séminaire

 

Journée d’étude du 8 novembre 2016

cropped-11-552495-1.jpg

Rappel : la journée d’étude « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire » se tiendra à l’EHESS (190 av. de France, 75013 Paris), salle 638/640, le mardi 8 novembre 2016 de 9h30 à 17h30. Communications de Esther-Maria Guggenmos, Richard Williams, Sterenn Le Maguer, Frédéric Obringer, Eugénie Briot, Léo Mariani, Agnès Giard, Tiziana Leucci.

parfums-et-odeurs-affiche-prog-abstracts