« Vases à parfum de la fin de l’époque classique mis à jour à Apollonia (…) » par Jean-Jacques Maffre, Dominique Frère, Nicolas Garnier, Elisabeth Dodinet

http://www.bioarchaeo.net/IMG/pdf/revue_archeologique2013_1_maffre_frere_garnier_dodinet.pdf

Article : Analyses chimiques de contenus de vases à parfum grecs :
Jean-Jacques Maffre, Dominique Frère, Nicolas Garnier, Elisabeth Dodinet, Vases à parfum de la fin de l’époque classique mis au jour à Apollonia de Cyrénaïque : les analyses de contenus, Revue Archéologique, 2013, p. 57-80

Résumé : Les analyses chimiques de contenus organiques ne sont pas encore systématiques, mais sont de plus en plus sollicitées dans le cadre de problématiques liées aux activités de production, de transformation de matières premières, aux méthodes et pratiques de stockage, de transport, de conservation, de consommation, et aux rituels d’offrandes faites aux divinités et aux défunts. Une campagne de prélèvements a eu lieu à Apollonia de Cyrénaïque en 2008 dans le cadre de la Mission archéologique française en Libye, alors dirigée par André Laronde. Un peu plus d’une douzaine de vases à parfum de la fin de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique ont été sélectionnés afin de procéder à l’analyse chimique de leurs contenus organiques. Cet article présente les résultats de ces analyses et leurs interprétations botaniques et archéologiques. Il en ressort que les contenus des vases en céramique se différencient de ceux en albâtre et sont composés de substances grasses aromatiques à dimension cosmétique et médicinale, avec des matériaux d’origine végétale mais aussi animale.

Abstract : Analyses of organic contents are not yet systematic but are increasingly used in order to document the production, transformation, transportation, conservation and consumption, especially funerary offerings and rituals, practices of antique organic materials. A sampling campaign took place at Apollonia in Cyrenaica in 2008 as part of the French archaeological mission in Libya, at that time led by A. Laronde. A little over a dozen perfume vases dating of the end of the Classical era and the beginning of the Hellenistic period were selected to make a chemical analysis of their organic content. This article presents the results of these analyses and their botanical and archaeological interpretations. It appears that the contents of ceramic vessels differ from those of alabaster. They are composed of fatty aromatic substances of cosmetic and medicinal dimension with plant but also animal materials.

Trois projets ANR sur les parfums

 

Artefact 1, Corps parés, corps parfumés

Parution le 27 février 2014 du n° 1 (2013) de la revue Artefact (CNRS Editions, sous la direction de Sophie A. de Beaune et de Liliane Hilaire-Pérez), 978-2-271-08011-0

CORPS PARÉS, CORPS PARFUMÉS
sous la direction de Catherine Lanoë et Laurence Moulinier

• Les systèmes de parure comme langage technique, Catherine Lanoë
• La parure préhistorique : dimensions technique et économique, François-Xavier Chauvière
• Parfum et cosmétique à l’Âge du Bronze en Grèce, Emmanuelle Fournier
• Vêtements et parure à la Cour de Castille (1477-1486), d’après les comptes de Gonzalo de Baeza, trésorier d’Isabelle la Catholique, Eléonore Henriot
• Parer les corps : construire et représenter le couple princier (France, XIVe-XVe siècles), Manuel Guay
• Le corps paré de François de Guise : le paraître courtisan et ses acteurs dans la France de la Renaissance, Marjorie Meiss-Even
• L’eau de fleur d’oranger à la cour de Louis XIV, Stanis Pérez
• La corbeille de Louis Joseph de Bourbon Condé (1753) : histoire et significations d’une tradition, Bérangère Chartre
• La parure de Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803). Une médicalisation du paraître ?, Aurélie Chatenet-Calyste
• Tabatières, éventails et lorgnettes : objets de consommation et « techniques du social » au XVIIIe siècle, Gianenrico Bernasconi
• Jean-Louis Fargeon, fournisseur de la cour de France : art et techniques d’un parfumeur du XVIIIe siècle, Eugénie Briot

La culture chinoise et les parfums

Temple de Longshan, Taipei, 2007
Temple de Longshan, Taipei, 2007

Il est peu de domaines de la culture chinoise qui ne soient concernés par les produits aromatiques et les parfums. L’emploi généralisé des résines et des bois odoriférants est ainsi au cœur même des rituels religieux et officiels, qu’ils soient taoïstes, bouddhistes ou confucianistes ; la seule présence d’un brûle-parfum (xianglu 香爐) suffit à signaler, et souvent presque à délimiter, un lieu qui en devient sacré. Dans le domaine médical, le recours aux fumigations étaient déjà conseillé à maintes reprises dans les documents médicaux de Mawangdui 馬王堆 (antérieurs à 168 av. J.C.) ; ce mode de soin restera par la suite spécifique de certaines catégories nosologiques, telles que les pestilences, les affections cutanées ou les désordres attribués à des entités démoniaques. Les soins du corps ayant recours à divers produits odoriférants et l’usage hédoniste des parfums furent aussi régulièrement mentionnés, en particulier dans les traités de materia medica (bencao 本草), les recueils de recettes médicales (fangshu 方書), les ouvrages consacrés aux parfums (tel le Xiangsheng 香乘, de la fin des Ming), mais aussi dans les biji 筆記, la poésie ou les œuvres romanesques. Les substances aromatiques faisaient également partie de l’univers quotidien du lettré, au sein duquel le brûle-parfum, aux ornementations symboliques, occupait une place au moins équivalente à celle de l’encrier. Il n’est pas jusqu’à la mesure du temps qui n’ait eu un rapport avec les produits aromatiques : la combustion de bâtonnets d’encens (xiangbang 香棒), ou encore de cordes en forme de spirale, servit en effet à matérialiser l’écoulement des heures et des jours. De ces divers usages découla une réelle importance économique des substances odoriférantes, d’autant plus qu’une grande quantité d’entre elles provenait de contrées étrangères. Ce commerce contribua à sa façon au développement des relations de la Chine avec d’autres aires culturelles. De nombreux produits aromatiques furent aussi proposés pour tributs (gongpin 貢品), comme le musc (shexiang 麝香) par exemple.

L’histoire des parfums en Chine se trouve dès lors à la croisée de nombreuses disciplines : l’histoire des techniques, celle des objets naturels et des produits composés, celle de la circulation et de la géographie des savoirs, des savoir-faire et des marchandises. Enfin, la perception des fragrances nous entraîne vers l’anthropologie et l’histoire des sensibilités et des goûts.

Parfums en Chine

Le carnet « Parfums en Chine » accompagne une recherche en cours sur l’histoire des parfums et des substances aromatiques en Chine. Le point de vue se veut pluridisciplinaire : histoire anthropologique des substances naturelles, histoire des sensibilités, histoire des techniques, histoire économique, circulation des savoirs et des savoir-faire. La recherche concerne tout particulièrement, mais pas exclusivement, la période allant de la dynastie des Song (10e-13e s.) jusqu’à la fin de l’empire (1911). Les sources prises en compte sont en premier lieu des documents primaires écrits en chinois (traités sur les parfums, traités médicaux, encyclopédies, monographies locales, notes de lettrés, etc.), mais aussi des découvertes archéologiques ou des observations de terrain. Cette recherche est un projet personnel qui s’inscrit, de plus, dans le cadre de l’axe transversal « Techniques, objets, patrimoine » du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC, UMR 8173 Chine, Corée, Japon, EHESS/CNRS).