La culture chinoise et les parfums

Temple de Longshan, Taipei, 2007
Temple de Longshan, Taipei, 2007

Il est peu de domaines de la culture chinoise qui ne soient concernés par les produits aromatiques et les parfums. L’emploi généralisé des résines et des bois odoriférants est ainsi au cœur même des rituels religieux et officiels, qu’ils soient taoïstes, bouddhistes ou confucianistes ; la seule présence d’un brûle-parfum (xianglu 香爐) suffit à signaler, et souvent presque à délimiter, un lieu qui en devient sacré. Dans le domaine médical, le recours aux fumigations étaient déjà conseillé à maintes reprises dans les documents médicaux de Mawangdui 馬王堆 (antérieurs à 168 av. J.C.) ; ce mode de soin restera par la suite spécifique de certaines catégories nosologiques, telles que les pestilences, les affections cutanées ou les désordres attribués à des entités démoniaques. Les soins du corps ayant recours à divers produits odoriférants et l’usage hédoniste des parfums furent aussi régulièrement mentionnés, en particulier dans les traités de materia medica (bencao 本草), les recueils de recettes médicales (fangshu 方書), les ouvrages consacrés aux parfums (tel le Xiangsheng 香乘, de la fin des Ming), mais aussi dans les biji 筆記, la poésie ou les œuvres romanesques. Les substances aromatiques faisaient également partie de l’univers quotidien du lettré, au sein duquel le brûle-parfum, aux ornementations symboliques, occupait une place au moins équivalente à celle de l’encrier. Il n’est pas jusqu’à la mesure du temps qui n’ait eu un rapport avec les produits aromatiques : la combustion de bâtonnets d’encens (xiangbang 香棒), ou encore de cordes en forme de spirale, servit en effet à matérialiser l’écoulement des heures et des jours. De ces divers usages découla une réelle importance économique des substances odoriférantes, d’autant plus qu’une grande quantité d’entre elles provenait de contrées étrangères. Ce commerce contribua à sa façon au développement des relations de la Chine avec d’autres aires culturelles. De nombreux produits aromatiques furent aussi proposés pour tributs (gongpin 貢品), comme le musc (shexiang 麝香) par exemple.

L’histoire des parfums en Chine se trouve dès lors à la croisée de nombreuses disciplines : l’histoire des techniques, celle des objets naturels et des produits composés, celle de la circulation et de la géographie des savoirs, des savoir-faire et des marchandises. Enfin, la perception des fragrances nous entraîne vers l’anthropologie et l’histoire des sensibilités et des goûts.

Parfums en Chine

Le carnet « Parfums en Chine » accompagne une recherche en cours sur l’histoire des parfums et des substances aromatiques en Chine. Le point de vue se veut pluridisciplinaire : histoire anthropologique des substances naturelles, histoire des sensibilités, histoire des techniques, histoire économique, circulation des savoirs et des savoir-faire. La recherche concerne tout particulièrement, mais pas exclusivement, la période allant de la dynastie des Song (10e-13e s.) jusqu’à la fin de l’empire (1911). Les sources prises en compte sont en premier lieu des documents primaires écrits en chinois (traités sur les parfums, traités médicaux, encyclopédies, monographies locales, notes de lettrés, etc.), mais aussi des découvertes archéologiques ou des observations de terrain. Cette recherche est un projet personnel qui s’inscrit, de plus, dans le cadre de l’axe transversal « Techniques, objets, patrimoine » du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC, UMR 8173 Chine, Corée, Japon, EHESS/CNRS).