Archives de catégorie : Lectures / Readings

A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners

Un article très intéressant sur les brûle-parfums et l’utilisation des encens (empire byzantin tardif et empire ottoman) :

Tera Lee Hedrick and Nina Ergin, « A Shared Culture of Heavenly Fragrance. A Comparison of Late Byzantine and Ottoman Incense Burners and Censing Practices in Religious Contexts », Dumbarton Oaks Papers, vol. 69, 2015, p. 331-354.

Copper5

l’article se termine par la conclusion suivante  (p. 354) :

In summary, there were more continuities than
discontinuities; when rituals involving incense had similar
valences—and in many instances they did—then
both practices and objects remained virtually the same
across late Byzantine and Ottoman cultures. As the title
of this essay indicates, this was truly a shared culture of
fragrance. Indeed, fragrance itself is a useful metaphor
for cultural exchange: it can permeate spaces across
physical boundaries and take on the shape of these
spaces; it can appear to be everywhere and nowhere,
concrete and fleeting at the same time; and those who
experience the same fragrance may still attach different
memories, emotions, and meanings to it.

 

 

Sharma : un entrepôt de commerce médiéval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180)

9781784911942

Sharma : un entrepôt de commerce médiéval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180), sous la direction d’Axelle Rougeulle, Oxford, Archaeopress (British Foundation for the Study of Arabia Monographs ; 17), 2015, ISBN 978-1-78491-194-2

III/9. Les résines végétales de type copal et encens : caractérisation, exploitation et circuits commerciaux (M. Regert, M. Salque, Th. Devièse, A.-S. Le Hô), p. 395-416

Compte rendu : http://eem.hypotheses.org/287

Liu Liang-you 劉良佑, Chinese Incense Culture

Liu Liang-you 劉良佑, Xiangxue huidian 香學會典 (Chinese Incense Culture), Taipei, Zhonghua dongfang xiangxue yanjiuhui, 1ère éd. 2003, 2ème éd. 2011, 186 p., nombreuses illustrations.

Liu Liang-you (1946-2007) est considéré comme l’un des « connaisseurs » les plus réputés de la culture chinoise des parfums, et plus précisément encore, des encens. L’auteur fut chercheur au Musée national du Palais à Taipei (il publia par exemple les cinq volumes de A Survey of Chinese Ceramics), enseigna à l’Université Fengjia 逢甲 mais fut aussi un artiste céramiste reconnu. C’est probablement cet ensemble de talents, où l’érudition s’allie avec la sensibilité, qui fait l’originalité de Xiangxue huidian, traduit sur la couverture de l’ouvrage par Chinese Incense Culture. Ce livre s’inscrit, dans la production de l’auteur, à la suite de deux textes traitant du même sujet, Lingtai chenxiang 靈臺沈香 (2000, Taipei, paru chez l’auteur) et  Pinxiang zhi dao 品香之道 (2001, Taipei, Taiwan xiangdaoxue hui 臺灣香道學會). Dans ce dernier, une présentation générale de la question, Liu Liang-you énumérait les dix utilités des encens, qu’il rappelle p. 8 de Xiangxue huidian : 

  1. Communiquer avec les esprits, les divinités
  2. Cultiver son tempérament , sa nature propre
  3. Chasser bestioles et mauvaises odeurs
  4. Stimuler, éveiller
  5. Dissiper la désolation d’un lieu
  6. Délimiter une zone de calme à côté d’un endroit bruyant
  7. Satisfaire l’esprit, mettre à l’aise
  8. procurer du plaisir (hédonisme)
  9. Favoriser la constance de l’amitié (ou de l’amour)
  10. Créer une atmosphère agréable

L’essentiel de la première partie du livre de Liu Liang-you concerne quelques substances utilisées comme parfums ou encens, avec un long développement sur le bois d’aigle (chenxiang 沈香) ;  la deuxième partie s’intéresse à des objets liés à l’utilisation des encens, en particulier dans le cadre de la culture lettrée, les brûle-parfums xianglu 香爐 et les boîtes à encens xianghe 香盒.

Les deux premières sources de parfums mentionnées sont d’origine animal, le musc (shexiang 麝香) et l’ambre gris (longxianxiang 龍涎香). L’auteur aborde ensuite, assez rapidement, divers parfums végétaux pour se concentrer enfin sur le bois d’aigle. Cette résine si fameuse provient de diverses espèces d’arbres appartenant au genre Aquilaria (famille des Thymelaeacées) poussant en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Laos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Chine méridionale, Taiwan). La substance résineuse n’est produite que par les arbres malades, victimes d’une atteinte fongique ou bactérienne ; le bois devient alors plus lourd que l’eau, d’où le nom chinois de chenxiang 沈香, littéralement « l’encens qui sombre ». L’auteur mentionne également, sans vraiment la résoudre, la question complexe de l’identification du produit nommé aujourd’hui encore qinan 棋楠, qui renvoie à une (ou plusieurs) forme de bois d’aigle. Liu Liang-you présente ensuite trois des principales espèces d’Aquilariaguanxiang shu 莞香樹 (Aquilaria sinensis Lour., Guangdong, Guangxi, Guizhou, Yunnan, Hainan), mixiang shu 蜜香樹 (Aquilaria agallocha Roxb., Laos, Vietnam) et yingmuxiang shu 鷹木香樹 (Aquilaria crassna Pierre, Malaisie). Le texte est accompagné d’une riche iconographie, avec de nombreuses photos de morceaux de bois d’aigle, très prisés pour les formes souvent étranges qu’ils peuvent prendre, ou encore d’objets sculptés dans ce bois (pics sacrés, personnages mythiques, vases, etc.), dont certains datent du règne de Qianlong 乾隆 (1735-1796). Liu Liang-you s’intéresse ensuite (les enquêtes datent probablement des années 1990) au bois d’aigle originaire du Laos, du Cambodge et du Vietnam.  À chaque fois, les diverses qualités sont décrites avec minutie ; c’est le cas par exemple de la résine la plus réputée au Laos, nommée miqinan 蜜棋楠 (seuls les noms chinois, ce que l’on peut regretter, sont donnés), qui est décrite avec minutie, y compris la puissance de son parfum capable de provoquer l’ivresse. D’une façon générale, les qualités inférieures provenant du Laos et surtout du Cambodge servent à préparer les huiles de bois d’aigle destinées au marché du Moyen-Orient. L’auteur traite enfin du produit trouvé à Singapour, dont l’origine botanique est principalement Aquilaria crassna, très commercialisé au Japon. Diverses espèces d’Excoecaria, des arbres ou arbustes de la famille des Euphorbiacées, fournissent également une résine que l’on rapproche du bois d’aigle. C’est le cas d’un Excoecaria de Taiwan (E. formosana (Hayata) Hayata, Taiwan chenxiang 臺灣沈香), dont la qualité varie beaucoup en fonction du milieu naturel où il pousse.

Liu Liang-you aborde ensuite l’étude de divers objets utilisés lors de ce qu’il nomme xiangxi 香席, « session d’encens ». Pour l’auteur, il serait possible de délimiter trois grands domaines d’utilisation des encens. Le premier est celui de la fumigation, xunxiang 熏香, le plus ancien et le plus général – comprenant par exemple les usages médicaux ; les substances dégageant de la fumée odorante peuvent être d’origine végétale (bois, tiges, feuilles, fleurs) ou animale. Le deuxième est lié directement à la sphère religieuse (fenxiang 焚香, brûler de l’encens), où les fumées sont symboliquement utilisées pour établir une relation avec les divinités. Ces deux domaines ne sont que très peu traités par Liu Liang-you. Le troisième, en revanche, est le sujet principal du livre ; ce qui est désigné par le terme de « session d’encens » (xiangxi 香席, session d’olfaction, ou encore « session d' »odoration », si je puis me permettre ce néologisme), appartient à la culture du lettré et a été élaboré progressivement à partir des Tang (618-907) et plus encore des Song (960-1279). Ce temps de sociabilité « distinguée » est un moment d’appréciation raffinée des encens, qui prend alors l’allure d’une sorte d’expérience esthétique supérieure partagée par quelques amis ayant une culture commune en matière de poésie, de calligraphie, de mobilier, de jardin ou encore de thé et, bien sûr, de parfum.

La description détaillée du déroulement de la session d’encens est très précieuse parce que rarement présentée d’une manière aussi concrète (p. 118 sq.) En premier lieu, il faut tailler (li 理, comme on taille le jade) le bois odorant, et l’examiner de telle façon que l’on puisse le classer au sein de catégories hiérarchisées, en fonction de l’agrément et de la puissance de la fragrance, avec comme référence un bois de « classe exceptionnelle » (dingji 頂級). L’auteur insiste ensuite sur la différence fondamentale entre la culture esthétique de l’odoration et l’utilisation des encens lors des cérémonies religieuses : il s’agit de l’absence ou de la présence de fumée. Alors que les enceintes sacrées sont entièrement enfumées (on « brûle les encens »), les bois odorants ne s’apprécient lors des réunions lettrées que grâce à une combustion à l’étouffée (men 燜), sans fumée. Liu Liang-you explique en détail et avec des illustrations (p. 124) comment procéder. Le brûle-parfum est rempli aux trois-cinquièmes de cendres d’encens (xianghui 香灰) ; avec une spatule à encens, on creuse un trou dans la cendre, jusqu’à toucher presque le fond du récipient. On introduit alors un peu de poudre d’encens au fond du trou, poudre que l’on enflamme ; il faut alors ajouter encore de l’encens, en quantité telle que la combustion ne soit pas étouffée mais qu’il ne se produise pas de fumée. La poudre odoriférante en ignition est alors recouverte de cendres, en forme de dôme. L’encens continue de se consumer (cela forme la « boule de feu », huoqiu 火球), et le parfum peut s’exhaler à travers les cendres et être apprécié par les connaisseurs. La poudre d’encens utilisé est le plus souvent un mélange de divers bois d’aigle, mélange qui peut varier grandement en qualité.

Sont mentionnés ensuite différents articles de papeterie liés à la cérémonie olfactive, comme l’étiquette à encens (xiangjian 香箋) où se trouve un passage versifié concernant l’encens (xiangji 香偈) et son action dans le domaine de l’esprit ; la carte d’invitation pour une session d’encens (xiangtie 香帖), où sont notés par exemple l’heure et le lieu ; registre d’encens (xiangbu 香簿), où sont calligraphiées diverses remarques liées à la session ; les sceaux d’encens (xiangyin 香印), utilisés sur les étiquettes ou les registres. Il faut enfin se mettre dans les conditions les meilleures avant de jouir pleinement des parfums ; déguster un peu de thé (chuocha 啜茶) dans une tasse de style Song, et se trouver dans une pièce plutôt petite et élégamment meublée, voilà ce qui convient.

Le déroulement de la session d’odoration doit suivre certaines règles (p. 134) concernant le placement des participants (en général le maître de cérémonie et trois invités) dans la pièce, la façon de passer le brûle-parfum à la personne voisine, la gestuelle de prise en mains de ce brûle-parfum, l’appréciation de l’encens en trois inspirations successives. L’auteur montre également comment placer la lamelle de bois odoriférant dans le brûle-parfum, après avoir introduit un charbon à encens en combustion au fond d’une cavité creusée dans la cendre ; il faut ensuite recouvrir le charbon d’un peu de cendre et déposer l’encens. Liu Liang-you poursuit avec quelques considérations sur les objets utilisés lors de la session, en premier lieu sur le brûle-parfum et ses dimensions idéales, puis sur les ustensiles tels que la spatule (chan 鏟), la cuiller ou encore la pince (cha 插) à encens. La qualité de la cendre importe aussi ; l’une des plus réputées est le résultat de la combustion d’aiguilles de pin mélangées avec du papier de Xuan (xuanzhi 宣紙).

L’auteur attire enfin l’attention sur la difficulté du choix et de l’arrangement des encens lors de la session, ainsi que sur l’importance primordiale de la traduction poétique des sensations olfactives. Pour finir, Liu Liang-you insiste sur la dimension que l’on pourrait dire spirituelle de l’expérience qu’il étudie et pratique, et fait une référence rapide à la « voie de l’encens » kôdô 香道 telle qu’elle est mise en oeuvre au Japon.

Dans les annexes, plusieurs poèmes évoquant les encens sont ensuite cités ; ainsi celui celui intitulé Xiangyan 香煙 (Fumée de l’encens) du peintre et écrivain excentrique des Ming Xu Wei 徐渭 (1521-1593), poème qui était déjà retenu dans le Xiangsheng 香乘. L’auteur propose pour finir un riche florilège (p. 155-176) de brûle-parfums et de boîtes à encens découverts dans le cadre de recherches archéologiques. Les brûle-parfums datent pour les plus anciens du IIe s. avant notre ère (dynastie Han), les plus récents étant de la dynastie des Ming (1368-1644). Certains, de la dynastie des Tang, viennent de fouilles effectuées au temple Famen (Famensi 法門寺), sujet auquel l’auteur a consacré un article, « Tangdai xiang wenhua yu Famensi chutu xiangshi wenwu zhi 唐代香文化與法門寺出土香事文物之探討 », in Shanghai bowuguan (éd.) 上海博物館編, Zhou Qin Han Tang wenming yanjiu lunji周秦漢唐文明研究論集, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2008, 407-421.

L’ouvrage de Liu Liang-you est d’une grande originalité, écrit par un esthète enthousiaste et passionné. Sans être un traité historique de l’art des parfums en Chine au sens académique du terme, il apporte un grand nombre d’informations nourries par une connaissance profonde des objets liés à l’encens, et témoigne de la survie d’une culture lettrée d’appréciation des fragrances.