Archives de catégorie : bibliographie

Robert Muchembled, « La Civilisation des odeurs (XVIe-début XIXe siècle) »

         Pourquoi l’odorat, ce sens primordial d’adaptation au danger comme de repérage du meilleur partenaire sexuel, demeure-t-il si méconnu ? Son histoire paradoxale, pour peu qu’on s’y attache, est des plus captivantes.
Dans cette synthèse sans équivalent, Robert Muchembled mène l’enquête et présente les extraordinaires mutations de l’odorat en Occident, de la Renaissance au début du XIXe siècle.
Les sources utilisées sont multiples et riches : manuels de physiognonomie ; oeuvres de médecins, philosophes, poètes, conteurs, théologiens, polémistes, moralistes ; traités de civilité, traités de « Secrets pour dames » ; édits royaux ; règlements du métier de gantier parfumeur, inventaires après-décès (apothicaires, gantiers parfumeurs) ; iconographie du sens olfactif…
Muchembled s’empare de cet extraordinaire ensemble et dresse l’histoire du puissant refoulement qui, depuis un demi-millénaire, nous a fait considérer l’odorat comme le plus méprisable des sens avant que de le hisser récemment au rang du plus affûté.
Des miasmes exhalés par les concentrations humaines aux émanations intimes nauséabondes, des senteurs « excrémentielles » (musc, civette et ambre) prétendument protectrices de la peste aux condamnations des moralistes, de la révolution olfactive du XVIIIe siècle, qui transforme la goutte de parfum floral ou fruité en vecteur d’hédonisme jusqu’aux dernières découvertes scientifiques, c’est à un extraordinaire voyage olfactif dans la civilisation des mœurs que Muchembled convie son lecteur.

Paris, Les Belles Lettres, 2017

EAN13 : 9782251447094

Brigitte Munier, « Odeurs et parfums en Occident. Qui fait l’ange fait la bête »

Sens mineur, l’odorat ? Futile, le parfum ? Importunes, les odeurs ? Ainsi le jugea la culture occidentale qui célébra le regard et l’audition pour mieux discréditer le nez. Sans la senteur, pourtant, l’émotion déserterait les souvenirs, l’intimité quitterait le lien de l’homme à Dieu et la sensualité s’absenterait de l’échange amoureux. Durant notre civilisation, puanteurs et parfums n’ont cessé d’instruire les pratiques religieuses ou médicales et d’œuvrer à la partition sociale avant d’élaborer le sentiment de l’identité personnelle. L’olfaction ouvre un monde fait de paradoxes, de contradictions et de métaphores dont cet essai suit l’histoire, réelle et symbolique, jusque dans ses derniers retournements contemporains en parfumerie et en biologie.

Paris, Éditions du Félin, 2017

isbn: 9782866458553

« Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval »

Jean-Charles Ducène, « Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, URL : http://beo.revues.org/4693 ; DOI : 10.4000/beo.4693

Résumé : Par la rareté des sources, il est difficile d’identifier les usages des fumigations dans le premier siècle de l’Islam, mais à partir de la période abbasside, les substances et les usages deviennent plus clairs. Ainsi, à côté de l’encens apparaissent de nouveaux produits originaires d’Asie, comme le musc, le bois de santal, l’agalloche et le camphre. L’élite sociale brûle ces essences pour parfumer ses vêtements ou durant des réunions festives fort marquées socialement. Quant à la médecine, elle cantonne les fumigations à des fins prophylactiques (purification de l’air) ou thérapeutiques. Dans le domaine des pratiques religieuses, ce sont le soufisme et les pèlerinages secondaires qui en développent réellement l’usage.

Artefact 1, Corps parés, corps parfumés

Parution le 27 février 2014 du n° 1 (2013) de la revue Artefact (CNRS Editions, sous la direction de Sophie A. de Beaune et de Liliane Hilaire-Pérez), 978-2-271-08011-0

CORPS PARÉS, CORPS PARFUMÉS
sous la direction de Catherine Lanoë et Laurence Moulinier

• Les systèmes de parure comme langage technique, Catherine Lanoë
• La parure préhistorique : dimensions technique et économique, François-Xavier Chauvière
• Parfum et cosmétique à l’Âge du Bronze en Grèce, Emmanuelle Fournier
• Vêtements et parure à la Cour de Castille (1477-1486), d’après les comptes de Gonzalo de Baeza, trésorier d’Isabelle la Catholique, Eléonore Henriot
• Parer les corps : construire et représenter le couple princier (France, XIVe-XVe siècles), Manuel Guay
• Le corps paré de François de Guise : le paraître courtisan et ses acteurs dans la France de la Renaissance, Marjorie Meiss-Even
• L’eau de fleur d’oranger à la cour de Louis XIV, Stanis Pérez
• La corbeille de Louis Joseph de Bourbon Condé (1753) : histoire et significations d’une tradition, Bérangère Chartre
• La parure de Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803). Une médicalisation du paraître ?, Aurélie Chatenet-Calyste
• Tabatières, éventails et lorgnettes : objets de consommation et « techniques du social » au XVIIIe siècle, Gianenrico Bernasconi
• Jean-Louis Fargeon, fournisseur de la cour de France : art et techniques d’un parfumeur du XVIIIe siècle, Eugénie Briot